Archives de Catégorie: Sports

Vuvuzelas : le bruit et l’honneur

La Coupe du monde de football 2010 vue de l’AJM (2)

Un billet de Jan-Cyril Salemi

Depuis le début de la Coupe du Monde en Afrique du Sud, un concert de critiques est venu s’abattre sur les vuvuzelas. Ces trompettes traditionnelles ont envahi les stades et, pour les oreilles délicates, le bruit assourdissant qu’elles produisent est intolérable. Joueurs, entraîneurs, arbitres, médias, beaucoup se sont plaints de ce bourdonnement incessant pendant les matches.

S’il est vrai que le son de ces trompes donne l’impression d’un stade survolé par un essaim d’abeilles géant, leur utilisation appartient au patrimoine culturel sud-africain. Il s’agit même de l’adaptation moderne d’une corne de kudu, un genre d’antilope, utilisée comme signal de ralliement dans les villages traditionnels.

Devant le tollé grondant, leur interdiction a un temps été envisagée. En vain. Les tympans du monde vont devoir s’adapter au son des vuvuzelas.

Que penserait-on d’une compétition au Brésil où tambours et sifflets seraient bannis des tribunes, ou si aux USA, on empêchait les pom-pom girls de pousser leurs cris stridents ?

Cette attitude de rejet de la différence révèle une fois de plus l’ethnocentrisme du monde occidental et sa conviction de supériorité.

Ce n’est pas un simple détail. Il s’agit du principe fondamental de respect pour la culture et les valeurs du pays hôte. C’est même une question d’honneur pour le continent africain. Durant près d’un siècle, les populations indigènes d’Afrique du Sud ont subi un régime d’apartheid qui a les a humiliées et exclues de la société. Refuser l’expression d’un élément de leur patrimoine résonne comme une arrogance digne des temps coloniaux.

Les maîtres à penser occidentaux devront mettre en sourdine leur vieil air de pipeau, ils n’auront pas la peau des vuvuzelas.

J-C. S

Publicités

3 Commentaires

Classé dans Billets, Reste du monde, Sports

Bafanas tous fadas!

La Coupe du monde de football 2010 vue de l’AJM (1)

Un billet de Sharif

C’est parti pour un tour! Une autre coupe du monde, une autre façon parmi tant d’autre d’hypnotiser le peuple.

Reprise de volée sur tous nos problèmes (le temps d’un match). Hors-jeu le chômage, disqualifié le plan d’austérité, taclée la précarité et cartons rouges aux privilégiés. Sifflée la fin des guerres, dégagée loin devant la colonisation, sur le banc de touche les fachos, huée la main (mise) dans les caisses de l’état. Amortie la crise!

Petits et grands ponts nous aideront à passer au dessus de ceux qui dorment en dessous (sans jamais les voir). Mais la ola, vague éphémère, s’éteindra tantôt et le retour à la réalité mettra le holà à cette houle d’ivresse. Houlala!

Sombrero, coup du foulard et Panenka auront été l’opium du peuple le temps d’une pipe au coin (16/9ème) de la cheminée…tirrrrt! Fin du match, tout le mondial descend!

S.

Poster un commentaire

Classé dans Billets, Reste du monde, Sports

Le tennis à Marseille, c’est (presque) d’la balle pour tous

Le deuxième sport le plus pratiqué à Marseille est le tennis. Il s’est  « démocratisé » au cours de la dernière décennie et est désormais présent dans divers endroits de la ville. Du côté des plages, sa zone d’implantation traditionnelle, mais aussi dans des cités dites « sensibles » des quartiers nord. Tous les clubs reçoivent des subventions mais les moyens mobilisables ne sont pas partout les mêmes. Ni les débouchés qui s’offrent aux jeunes.

Un reportage de Moufida Boudehane (photos: M.B.)

ATB 1

C’est la fin de l’après-midi et l’air marin souffle sur les terrains en terre battue. Un couple de personnes âgées, assis paisiblement sur des chaises blanches, regarde du haut de la terrasse. La couleur ocre qui prédomine donne des petits airs de Roland Garros aux enfants qui s’entraînent sur les courts. C’est non loin de la plage du Prado que se trouve le plus ancien club de tennis de Provence, le Tennis Club de Marseille (TCM), créé en 1894. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans Marseille, Quartiers, Reportages, Sports

Le Vélodrome attend toujours son toit

Depuis la rénovation du stade Vélodrome de Marseille en 1997, des rumeurs annoncent régulièrement la couverture de ses tribunes. Mais douze ans plus tard, le projet tarde à prendre forme. Entre attente des supporters et attentisme de la municipalité, ce toit a tout d’une arlésienne. A moins que la candidature de la France pour l’Euro 2016 ne finisse par lancer le projet.

Par Anthony Sarasa


velodrome-sans-toit


Echarpe bleue et blanche autour du coup, maillot floqué Drogba, Pierre est catégorique: « Le stade Vélodrome doit être couvert ! ». Situé boulevard Michelet dans le VIIIème arrondissement de Marseille, d’une capacité de 60000 places, le Vélodrome est doté de quatre tribunes de forme elliptique ouvertes vers le ciel. Mais une seule est couverte, ce que déplorent les supporters olympiens, comme Marie: « nos chants s’envolent dans le ciel, au lieu de rester dans l’enceinte, alors évidemment ça fait moins de bruit que dans les stades couverts ». Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Marseille, Sports