Archives de Catégorie: Culture

Quand la BD raconte l’illettrisme

A lire: Paroles d’illettrisme, bande dessinée sous la direction de Luc Brunschwig. Futuropolis – 2008. 88 pages, 17 €.
Une critique de Samir Akacha

Paroles d'illettrisme

Neuf auteurs de bande dessinée se réunissent autour d’un projet: par le dessin, donner la parole à ceux qui n’ont pas le pouvoir des mots.

Paroles d’illettrisme recueille les témoignages de Zahia, Maxime, Amar, Patrick, Ronny, Sylvie, Bonheur et Marcel. A travers leurs yeux, on comprend pourquoi. Pourquoi leur vie fut telle qu’acquérir ces savoirs élémentaires, lire, écrire et compter convenablement, relevait de l’impossible.

Maxime, lui, a un beau père qui cogne sa mère. Pour échapper aux autorités, ils changent de lieu et d’école sans arrêt. Son niveau baisse, il n’arrive plus à suivre. Maxime tombe dans la violence. Il est retiré de chez ses parents, connait les foyers et les internats. Les autres sont durs avec lui. Alors à son tour, lui aussi devient un dur. Il échappe de peu à la prison, tombe dans l’alcool. Son ami réussi à l’en sortir. Peu à peu, par la parole, sa colère s’échappe.

Chacun a une histoire différente. Pourtant, elles se ressemblent toutes. La pauvreté, des institutions sourdes aux difficultés, la violence et le regard des autres. Autant de facteurs qui les ont conduits à être marginalisés par la société.

Au delà de la simple narration, on perçoit dans ces témoignages une force de caractère qu’une vie difficile a forgée, force qui leur donne le courage de reprendre leur destin en main, de réapprendre. Paroles d’illettrisme agit comme un signal; il n’est jamais trop tard pour changer les choses.

S.A.

Poster un commentaire

Classé dans Chroniques, Culture, Marseille

Marsatac, un festival en péril

En septembre prochain, Marsatac s’installera au Dock des Suds. Une décision qui intervient après l’échec des négociations entre les organisateurs et la mairie. Depuis sa création il y a dix ans, le festival de musiques nouvelles a du mal à trouver sa place à Marseille, malgré un succès qui ne se dément pas. Dro Kilndjian, l’un des co-fondateur, envisage de le délocaliser l’année prochaine.

Par Samir Akacha



Marsatac 1

Feist, Mos Def, Seun Kuti, Laurent Garnier… Depuis sa naissance, il y a dix ans, Marsatac a accueilli et révélé de nombreux artistes de talent. Et ce festival est devenu le rendez-vous incontournable des musiques urbaines et électroniques, décrochant ses galons d’acteur culturel majeur. En septembre 2008, vingt-sept milles personnes, venues de toute la France et parfois de l’étranger, ont assisté à la dixième édition.

Pourtant, malgré ce succès qui vaut chaque année au festival une grosse couverture médiatique, la ville de Marseille semble le voir comme un indésirable. Lire la suite

9 Commentaires

Classé dans Culture, Marseille, Mouvement, Quartiers